Choisir son alarme

guide-dachat-16-05-2017-5.jpg

La tranquillité d'esprit vis-à-vis d'un éventuel cambriolage, d'un incendie, d'une fuite de gaz, etc., qu'il s'agisse de quitter son domicile quelques heures ou quelques jours, c'est ce que doit vous assurer l'installation d'une alarme. Mais là encore, les systèmes sont nombreux, plus ou moins efficaces, selon la configuration de votre logement, le système choisi, l'investissement engagé.
 

L’évolution de la technologie, de la connectique en particulier, vient aujourd'hui largement compléter les traditionnels systèmes de sécurité basés sur la protection des zones de passage des cambrioleurs : portes blindées, fenêtres protégées de volets en bois plein et dotées de fermetures sécurisées, etc. Reste qu'aucun de ces systèmes n'est inviolable. Néanmoins, ils permettent de ralentir la progression de l'intrus, voire souvent de le dissuader. Pour aller plus loin en matière de sécurité, l'installation d'une alarme est conseillée, qui peut aussi couvrir l'habitation en matière de protection contre les incendies, les fuites de gaz, les inondations, voire être associée à la domotique pour fermer les volets, mettre en route la climatisation, allumer des lumières... à distance.

L'ALARME TRADITIONNELLE : DE LA DÉTECTION À LA SIRÈNE

Son principe

Des contacteurs sont posés sur les portes et les fenêtres et plusieurs détecteurs de mouvement sont placés à des endroits stratégiques (escalier par exemple). En cas d’anomalie, ils préviennent une centrale (installée dans un endroit caché de l'habitation) qui déclenche une sirène. Choisir le système de liaison à la centrale

l'alarme filaire. Ce sont des câbles qui assurent la liaison entre détecteurs et centrale. 

Avantages

- le système n'est sensible ni au brouillage d'onde, ni au piratage et ne nécessite pas de pile - il est doté d'une batterie ayant une autonomie généralement suffisante pour lui permettre de fonctionner en cas de coupure de courant électrique
- c'est le plus fiable.

Inconvénients

- l'installation s'avère complexe et doit être, de préférence, pensée dès la construction de la maison 
- elle est définitive et tout changement revientcher
- elle doit être réalisée par un professionnel.

 

l'alarme non filaire. C'est la plus vendue. Les éléments se connectent sans fil à la centrale, avec un protocole propre au fabricant ou en Wi-Fi.

Avantages

- le système est vendu en kit (centrale, détecteurs, contacteurs, piles et notice) et son installation, qui ne nécessite pas de professionnel, revient moins cher
- fonctionnant avec des piles, l'installation ne doit pas être raccordée au réseau électrique. Elle fonctionnera même en cas de coupure de courant prolongée
- c'est une installation modulable (ajout, déplacement de détecteurs, etc.) et récupérable en cas de déménagement

Inconvénients

- il faut régulièrement vérifier l'état des piles
- les ondes radio peuvent être perturbées par des interférences et certains cambrioleurs possèdent des appareils pour brouiller les ondes radio et rendre le système d’alarme inefficace. À noter. L'alarme filaire est davantage destinée à une maison en construction, et sur plusieurs niveaux.

 LES DIFFÉRENTS DÉTECTEURS 

Les détecteurs d’intrusion

- le détecteur de mouvement. Il émet soit des rayons infrarouges qui détectent le déplacement de chaleur, soit un signal hyperfréquence qui détecte les mouvements dans son champ d’action - le détecteur d’ouverture. Il s'agit de deux pièces aimantées installées soit entre porte et son chambranle, soit entre fenêtre et son encadrement. Si un intrus ouvre la porte ou la fenêtre, il coupe le champ magnétique entre les deux pièces ce qui est détecté par la centrale
- le détecteur bris de vitre. C'est un capteur qui se déclenche lorsqu'une vitre subit un choc assez important pour rompre son point de contact avec le capteur 
- la barrière infrarouge. Si ce rayon invisible est coupé lors du passage d'un intrus, l’information est envoyée à la centrale. Ce système, très utilisé pour sécuriser les abords d'une piscine, peut être également l'être pour allumer une lumière extérieure. 

Les détecteurs d’incendie

- le détecteur de fumée. Il donne l’alerte lorsqu’un feu se développe permettant aux occupants de réagir
- le détecteur de chaleur. Il s’utilise là où il peut y avoir de la fumée sans feu (cuisine, garage) et où les détecteurs de fumée seraient donc inefficaces. Il déclenche une sirène dès que la température ambiante atteint 54°C. 

Les détecteurs de gaz 

Plusieurs modèles existent selon le gaz à surveiller (gaz naturel, butane, propane…). Le détecteur déclenche un signal sonore dès qu'il détecte une fuite et bien avant que la concentration en gaz ne soit dangereuse, pour vous permettre de réagir (colmater la fuite, aérer le local ou l’évacuer et prévenir les secours).

L'ALARME TÉLÉPHONIQUE DE LA DÉTECTION AU MESSAGE VIA RTC OU GSM

Une fois la détection d'une anomalie réalisée (même système qu'auparavant), ce n'est pas une sirène qui est activée par la centrale, mais un transmetteur qui envoie l'information (à vous, à des amis, parents, voisins ou à un centre de télésurveillance), par SMS, message vocal préenregistré ou via un appel téléphonique automatique. Deux systèmes de transmission de l'alerte sont possibles :
l’alarme RTC. Le transmetteur est raccordé à la prise du réseau téléphonique commuté (RTC) ou à votre Box ADSL. L'alarme utilise uniquement le réseau de téléphone classique (France Telecom) pour transmettre les alertes. En cas d'intrusion vous recevez un appel téléphonique. 
Inconvénient.
- le transmetteur téléphonique ne fonctionne pas si la ligne téléphonique est coupée. Et en cas de panne électrique, la box est inactive.

l’alarme GSM. Elle utilise le réseau de téléphonie mobile. Pour son fonctionnement, une carte SIM prépayée ou avec abonnement (peu importe l’opérateur choisi) est nécessaire. L'alerte est donnée par SMS ou appel sur votre téléphone portable ou la ligne fixe. Elle fonctionne sans fil, sans Box, sans raccordement à une ligne téléphonique, comme un téléphone portable, offrant ainsi une bonne sécurité et peut être gérée à distance.

L'ALARME CONNECTÉE IP DE LA DÉTECTION À L'ALERTE PAR INTERNET

Là encore, cette alarme s'appuie sur le même système de détection qu'une alarme traditionnelle, mais en reliant la centrale à la box internet du foyer. Elle peut être activée via le site web du fabricant ou depuis votre smartphone après téléchargement d'une application. Elle permet de modifier des paramètres à distance, de visionner les vidéos prises par des caméras IP, d'être alerté en cas d'intrusion ou d'incident domestique par courriel, SMS ou message vocal, de visionner les images sur son smartphone, etc. Elle a donc l'avantage de pouvoir être contrôlée via internet et donc, à la différence des alarmes téléphoniques, d'échapper au coût des communications et d'avoir toutes les informations sur le smartphone sans nécessité d'acheter une carte SIM.
Inconvénients
- son fonctionnement dépend du bon fonctionnement de la connexion Internet (en cas de coupure de courant ou de panne de réseau, vous ne recevrez pas d'alerte
- son prix élevé.

LA TÉLÉSURVEILLANCE

Votre système d’alarme peut être relié à une entreprise de surveillance, grâce à un transmetteur RTC et moyennant la souscription d'un contrat mensuel.

Fonctionnement. En cas d'alerte (intrusion, mais aussi incendie, gaz, etc.), la sirène de votre alarme va s’enclencher pour faire fuir l’intrus et le transmetteur téléphonique va transmettre l’information au centre de télésurveillance. Celui-ci va dans un premier temps appeler votre domicile pour s’assurer qu'il ne s'agit pas d'une mauvaise manipulation en vous demandant un code ou un mot de passe par téléphone. Si l'identification n'est pas bonne, le centre va, selon ce que vous aurez convenu dans le contrat, soit vous prévenir, soit prévenir une personne que vous aurez choisie, soit faire intervenir un agent de sécurité pour vérifier. 

LA VIDÉOSURVEILLANCE 

Il s'agit de visualiser ce qu’il se passe à l’intérieur et à l’extérieur de votre domicile grâce à l'installation d'une ou plusieurs caméras. Dans le système classique, les caméras sont reliées à un moniteur de contrôle (téléviseur) qui affiche les images transmises soit par câble pour les systèmes filaires, soit par ondes radio pour les systèmes sans fil. 
• Les images sont visualisées soit par balayage (les différentes zones surveillées défilent les unes après les autres, ce qui permet d’avoir de grandes images, mais les différentes zones défilent par intermittence) ; soit par quadrillage (l’écran de contrôle est divisé en autant de parties qu'il y a de caméras, ce qui permet de voir toutes les zones surveillées en même temps, mais les images affichées sont alors beaucoup plus petites).
• Enfin, la vidéosurveillance IP permet de visualiser les images à distance, sur votre smartphone. DES CRITÈRES DE CHOIX 
• le système de zonage. Possibilité de n'activer que certains éléments (par exemple rez-dechaussée sous alarme pendant que vous dormez au premier étage)
• la détection des animaux domestiques. Si vous avez un chat qui entre et sort de chez vous, c'est impératif pour que des alertes inutiles ne se déclenchent pas.
• une source d'énergie secondaire. Vérifier que les alertes continueront de vous parvenir lorsque la connexion ADSL est hors service, en cas de coupure de courant, lorsque l'objectif de la caméra a été obstrué... 
• la norme NF A2P. Votre assureur peut vous imposer l’installation d’un système de protection répondant à la norme NF A2P.
• des caméras à infrarouge. Pour voir un intrus dans le noir.